Mur-rideau

Le mur-rideau est un type de façade légère. C'est un mur de façade qui assure la fermeture de l'enveloppe du bâtiment sans participer à sa stabilité.



Catégories :

Élément d'architecture - Façade

Recherche sur Google Images :


Source image : www.cmhc-schl.gc.ca
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • ou façade rideau : façade librement dessinée sans poutre ni piliers extérieurs. (source : parisbalades)
Murs-rideau à Paris

Le mur-rideau (aussi nommé «façade rideau») est un type de façade légère. C'est un mur de façade qui assure la fermeture de l'enveloppe du bâtiment sans participer à sa stabilité (les charges étant transférées à la fondation principale par des raccordements aux planchers ou aux colonnes du bâtiment). Les panneaux sont par conséquent appuyés, étage par étage, sur un squelette fixe.

Définition

La serre mexicaine du Jardin des plantes, construite de 1834 à 1836.

L'armature des murs rideaux est essentiellement constituée de cadres d'aluminium extrudé, quoique les premiers murs rideaux aient été constitués d'acier (comme la serre mexicaine du Jardin des plantes, œuvre de Charles Rohault de Fleury, construite de 1834 à 1836 et précurseur de l'architecture métallique en France).

Un mur rideau est conçu pour résister :

  1. à l'infiltration et l'exfiltration d'air (l'air peut traverser le mur rideau par les garnitures des meneaux et des traverses, mais aussi les éventuels défauts dans le calfeutrage. Aux États-Unis, c'est l'American Architectural Manufacturers Association (AAMA) qui régit les niveaux acceptables d'infiltration d'air dans les murs rideaux. ) et d'eau (pluie, eau d'infiltration, eau de condensation, neige, glace, etc. )  ;
  2. à la force des vents, ou alors même de force d'ouragan : les charges de vent fluctuent énormément d'une région à l'autre, les plus fortes charges apparaissant près des côtes dans des régions enclines aux cyclones tropicaux. (Par pays ou zones climatiques, il existe des Codes de bâtiment déterminant les normes de résistance obligatoires pour la réalisation de projets spécifiques)  ;
  3. à la dilatation et la contraction thermique ;
  4. aux séismes ;
  5. aux projectiles éoliens et autres chutes aériennes ;
  6. au feu ;
  7. aux explosions : le mur rideau doit résister au souffle d'explosions, tant accidentelles que de nature terroriste ;
  8. aux mouvements de la construction tel le fluage du béton. Il doit aussi supporter des charges ponctuelles comme les nacelles de nettoyage, par exemple.

Pour garantir une imperméabilité à toute épreuve, les murs rideaux sont pourvus de garnitures d'étanchéité. Il en existe de plusieurs sortes :

Différents modèles

Un chantier à Wunan en Chine. La différence d'avancement des travaux entre les deux tours montre la relation entre la structure porteuse (à droite) et le mur rideau (à gauche).

Il existe différents modèles de murs rideaux :

  1. Les murs-rideaux de type résille à ossature d'aluminium autoporteuse (dispositif aussi nommé «stick», en anglais) assemblé et livré au chantier en pièces détachées. Ils sont composés de longs montants verticaux nommés «meneaux» et de montants horizontaux nommés «traverses». Ce dispositif présente le plus souvent l'avantage d'être le plus économique sur le marché, au détriment du temps d'installation indispensable et au prix d'une architecture plus lourde.
  2. Les murs rideaux de type résille à ossature d'aluminium autoporteuse assemblé en usine et livré sur le chantier comme unité complète (aussi nommé «unité scellée» ou «murs rideaux préfabriqués» ou «unitized or preglazed», en anglais). D'installation rapide, ils présentent aussi l'avantage de permettre un contrôle de la qualité puisque fabriqué en usine sous conditions contrôlées. Cependant, leurs manipulations de transport des pièces pré-assemblées nécessitent des équipements lourds, comme des grues, etc.
  3. Enfin, les murs rideaux hybrides, qui eux se situent à mi-chemin entre un dispositif «stick» et un dispositif «unitized». Ils utilisent une structure de mur rideau conventionnelle sur laquelle on vient fixer un cadre pourvu d'un vitrage assemblé en usine. Toujours d'installation simple et rapide, aucun profilé d'aluminium n'est visible de l'extérieur. De plus, lors d'un bris, le travail de remplacement d'un verre s'effectue en quelques minutes et ce, contrairement au dispositif conventionnel siliconé, fait au chantier, qui exige énormément de travail.

Outre ces trois grands dispositifs de murs rideaux, citons aussi les serres, les lanterneaux et les solariums.

L'étanchéité

L'étanchéité est la préoccupation principale dans la fabrication et l'installation des murs rideaux. On peut distinguer deux principes :

  1. l'étanchéité par occlusion : Ce principe consiste à essayer d'étancher toute la surface externe d'un mur de manière idéale. Étant particulièrement complexe à réaliser cette méthode donne des résultats peu fiable.
  2. le principe de l'«écran pluvial» : Système le plus commun, consiste à créer une chambre d'air, appeler chambre d'équilibre des pressions, derrière le revêtement pare-pluie. On crée des ouvertures dans le revêtement pare-pluie pour que la presion positive crée par le vent sur les surfaces externes s'équilibre avec la pression négative qu'on retrouverait normalement derrière l'écran pare-pluie. Pour être efficace cette cavité doit comporté une ligne pare-air étanche du côté intérieur de la cavité.

A- Profilé. B- Pare-air/pare-vapeur. C- Vitres de l'unité scellée. D- Pare-pluie. E- Trou d'égouttement d'eau et d'entrée d'air pour la chambre d'équilibre des pressions. F- Cavité du haut (chambre d'équilibre des pressions). G- Cavité du bas.

[1]</ref>

notes et références

SCHL-CMHC Murs-rideaux en verre et en métal, 2004, 263 pages. SCHL-CMHC Les murs à écran pare-pluie, 28 pages.

Assemblage de différents panneaux

Aujourd'hui, le verre agit comme isolant, tout autant thermique (le double et triple vitrage diminué les déperditions de chaleur) que phonique (isolation acoustique) et les dernières recherches en matière d'innovation technologiques donnent lieu à des produits de plus en plus éco énergétiques, comme :

Les panneaux de verres peuvent se présenter comme des fenêtres particulièrement différentes : fixes, basculantes, ocillo-battantes, etc.

Il existe aussi différents types de vitrages : transparents, translucides, opaques (selon des degrés variables), simples, doubles ou triples, laminés (sandwich de deux ou plusieurs feuilles assemblées), teintés (grâce à différents pigments, il en existe dans une combinaison presque illimitété de couleur), isolants (il existe différents types d'isolation thermique : avec un gaz inerte comme l'argon, par exemple), armés, trempés, feuilletés, scellés (composés de plusieurs feuilles scindées par espace d'air scellé hermétiquement et pourvu d'un intercalaire dessicant), réfléchissants (grâce à une fine pellicule d'oxydes métalliques), sérigraphiés, etc.

Tout dernièrement, une grande entreprise lançait sa dernière innovation : le verre anti-bactérien. En effet, des chimistes sont parvenus à modifier du verre pour lui permettre de tuer, par simple contact, les bactéries qui abondent à sa surface. Le verre est par conséquent pourvu de propriétés anti-bactériennes. Le résultat semble particulièrement positif, puisque 94 à 99 % des bactéries n'y ont pas survécus. On imagine aisément l'intérêt de cette nouvelle découverte dans l'industrie de la santé, dans les garderies, écoles ou lieux sujets aux infections nosocomiales.

Mais, les murs rideaux ne sont pas exclusivement composés de panneaux en verres. En effet, les panneaux pré fabriqués peuvent aussi être constitué de parements de pierre (marbre, travertin, pierre à chaux, granite, par exemple), d'aluminium, de céramique, d'acier ou d'autres matériaux étanches choisis par l'architecte. Toutes ses possibilités peuvent se combiner pour donner lieu à des projets uniques.

Avantages éco-énergétique

Dans la construction d'un édifice, la fonction «enveloppe» du bâtiment sert à désigner l'interface avec l'extérieur. Celle-ci joue un rôle essentiel dans la réduction des besoins énergétiques du bâtiment et contribue à l'obtention de points de certification LEED (pour Leadership in Energy and Environmental Design).

Le perfectionnement des performances thermiques de l'immeuble peut être obtenue par l'isolation, le traitement des ponts thermiques, la maîtrise des transferts d'air et d'humidité, le perfectionnement des vitrages, etc.

Elle peut aussi être obtenue par le choix judicieux du revêtement, et aujourd'hui, l'utilisation des murs rideaux n'est plus juste une question d'esthétisme ou de mode, c'est désormais un choix calculé et rentable.

Les fenêtres et puits de lumière éco-énergétiques aident à économiser tout en réduisant la quantité d'énergie indispensable au chauffage ainsi qu'à la climatisation. Ils accroissent le niveau confort en réduisant les courants d'air et en atténuant les bruits ambiants extérieurs. Ils entraînent aussi une formation moindre de condensation sur la vitre et les cadres.

D'un autre côté, on constate que, de plus en plus, les employés ont tendance à préférer des environnements de travail plus clairs, à condition que le niveau accru de lumière ne cause pas de reflets. L'utilisation de murs rideaux autorise la lumière du soleil d'entrer dans le bâtiment en remplaçant particulièrement avantageusement le scintillement des lampes fluorescentes à ballast magnétique. Certaines études vont même jusqu'à prétendre que l'utilisation des murs rideaux et par conséquent le fait de laisser entrer plus de lumière du jour dans les bureaux, procurerait une augmentation de productivité des employés de 6 à 16 %.

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mur-rideau.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu