Baptistère

Un baptistère est un bâtiment particulièrement conçu pour pratiquer le baptême, chez les chrétiens. Comportant une cuve baptismale, il est adossé à une église ou le plus fréquemment à une cathédrale.



Catégories :

Architecture chrétienne - Édifice-type

Recherche sur Google Images :


Source image : commons.wikimedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Lieu où se pratique la baptême, avec cuve baptismale, fréquemment intégré à l'église. Fréquemment une chapelle près d'une église à plan... (source : ho-net)
  • Lieu, le plus souvent localisé à l'entrée de l'église, dans lequel on administrait le sacrement du baptême. (source : catho04.cef)

Un baptistère est un bâtiment particulièrement conçu pour pratiquer le baptême, chez les chrétiens. Comportant une cuve baptismale (elle a quelquefois disparu), il est adossé à une église ou le plus fréquemment à une cathédrale. Ces édifices sont fréquemment, comme les fonts baptismaux qu'ils abritaient, de formes ronde ou polygonale.

Le baptistère de la Piazza Del Duomo de Pise - Italie - Oct 2002- Médiéval

L'ampleur prise par la cérémonie sacramentelle et la splendeur du bâtiment reflètent l'importance du sacrement pour les chrétiens de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

Architecture

Le plan octogonal du baptistère du Latran, première construction expressément dédiée à cette fonction, est assez beaucoup suivi, avec des variantes (plan à douze côtés ou rond, comme à Pise). Il figure les sept jours de la semaine (et de la Création du monde) plus le jour de la Résurrection et de la Vie Éternelle. (le nombre huit symbolise aussi le passage d'un degré de réalité à un autre). Le plan dodécagonal symbolise lui les douze Apôtres, le plan circulaire la perfection et la Sainte-Trinité. Dans un narthex ou une antichambre, les catéchumènes reçoivent l'instruction chrétienne et font leur profession de foi avant le baptême.

L'espace intérieur est organisé autour des fonts baptismaux, dans lequel le baptême se fait par une triple immersion. Trois marches descendent au fond du bassin, en pierre le plus fréquemment (bien que tardivement, certains ont été en métal). Au-dessus, est suspendue une colombe, représentant le Saint-Esprit, en or ou en argent.

Les fresques ou les mosaïques murales représentent souvent des scènes de la vie de saint Jean-Baptiste.

Les fonts baptismaux étaient souvent alimentés par une source naturelle (comme au baptistère du Latran), ou dans d'autres lieux où la christianisation d'une source païenne présentait un intérêt naturel. Ainsi aussi, Grégoire de Tours ou l'évêque de Turin Maximus (mort vers 466) ont converti de telles sources miraculeuses en baptistères.

Le bassin est généralement rond ou octogonal ; il est quelquefois en forme de croix, comme celui de l'église Sainte-Marie, dans le désert du Neguev.

Usage

Les baptistères ont été construit à une époque où l'Église baptisait la plupart de catéchumènes adultes, et où le baptême par immersion était la règle. Avant que Constantin ne donne un statut officiel au christianisme, on n'en trouve pas trace ailleurs. Du IVe siècle jusqu'au début du VIe siècle, les fonts baptismaux étaient disposés sous le porche de l'église, ou dans l'église elle-même. Après le IXe siècle, quand le baptême des nouveau-nés est devenu la règle, peu de baptistères sont fabriqués.

Les baptistères étaient souvent de grande taille, si grands que certains conciles ou synodes se sont tenus dans un baptistère. Cette grande taille était due à plusieurs causes :

Lorsqu'il ne servait pas, les portes du baptistère étaient scellées du sceau de l'évêque, pour contrôler l'orthodoxie de l'ensemble des baptêmes du diocèse.

Quelques baptistères ont deux bassins, ou certaines églises ont deux baptistères, un pour chaque sexe. Une cheminée est fréquemment présente pour réchauffer les néophytes après l'immersion.

Bien que le concile d'Auxerre (578) interdise qu'on enterre dans les baptistères, ils sont fréquemment utilisés comme tombe. Ainsi, l'antipape Florence Jean XXIII est enseveli dans le baptistère de Florence, tout comme de nombreux archevêques de Canterbury.

Quelques baptistères

Les baptistères les plus célèbres :

Liens externes

Thèmes connexes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Baptist%C3%A8re.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu