Architecture romane

L'architecture romane s'est développée en Europe au cours du Moyen Âge. On peut la caractériser par la réintroduction de la technique romaine antique de la voûte en pierre, le plus souvent en plein cintre.



Catégories :

Histoire de l'architecture - Mouvement artistique - Architecture romane - Art roman - Architecture religieuse du Moyen Âge - Style architectural

Recherche sur Google Images :


Source image : www.visoterra.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'architecture romane est aussi présente, surtout par la Porte... de l'Eglise Saint Jean Baptiste et l'inidentique stucage de l'Abbaye du Parc.... (source : leuven)
Cet article traite de l'architecture. Voir aussi Art roman.
Chœur de l'abbatiale Saint-Georges-de-Boscherville (Seine-Maritime)

L'architecture romane s'est développée en Europe au cours du Moyen Âge (v. 950 ∼ XIIe siècle). On peut la caractériser par la réintroduction de la technique romaine antique de la voûte en pierre, le plus souvent en plein cintre. Les colonnes qui supportent les arcs sont typiquement cylindriques et surmontées de chapiteaux fréquemment sculptés avec des représentations d'animaux ou de plantes ou encore de symboles plus ou moins géométriques.

Difficulté d'une définition précise

Abbatiale Saint-Austremoine (Issoire)

Toute définition de l'architecture romane telle que celle qui précède est obligatoirement réductrice étant donné que cette architecture recouvre des réalisations d'une grande variété et construites sur une longue période. On attribue quelquefois le qualificatif de «roman» à des édifices dont la datation est particulièrement incertaine, simplement parce qu'on y retrouve des techniques ou une ambiance qui semblent romanes à l'observateur moderne : voûte en berceau, arc en plein cintre ou chapiteaux historiés par exemple… En réalité, il existe des édifices romans charpentés et non voûtés (dans les pays scandinaves en particulier), alors que le berceau en plein cintre est plutôt l'exception comparé à l'arc un peu brisé. Enfin, bien des chapiteaux romans ne sont pas historiés.

On peut par conséquent définir l'architecture romane sur des critères plus subjectifs, plus ou moins bien étayés par ce que nous croyons savoir des interprétations religieuses de ces époques. On pourrait par conséquent dire, même si cette présentation s'applique mal au caractère ascensionnel des grandes églises auvergnates, que l'architecture romane, surtout dans les édifices de petite taille, procure au visiteur le sentiment d'une certaine massivité qui évoque plus l'ombre, la pénombre ou cette «lumière profonde» dont parle Yves Bonnefoy que les envolées lumineuses des verrières gothiques. Elle ne relèverait pas d'une ascendance pour une finalité glorieuse, mais plutôt d'une «transcendance vers le bas», d'une forme cryptique et initiatique par une ambiance de mystère originel.

Contexte historique

L'architecture romane est issue de l'architecture carolingienne et se développe en parallèle de l'architecture ottonienne.

L'architecture carolingienne est issue d'un renouveau intellectuel lié à Charlemagne ainsi qu'à son couronnement par le pape. Charlemagne devient ainsi l'héritier de l'Empire romain. Et c'est en réunissant à sa cour de grands érudits issus de tout l'Empire qu'il crée un renouveau intellectuel dans les domaines de l'art, de l'écriture et de la vie spirituelle, qui se définit par un retour aux modèles antiques : la renaissance carolingienne. Avec la mort de Charles le Chauve en 877, l'Empire mais aussi l'art carolingien prennent fin. Les Barbares envahissent le territoire facilitant les premières constructions romanes connues, les châteaux forts, et par conséquent la féodalité.

La bataille de Hastings permet aux Normands d'occuper l'Angleterre. Ils créent un art roman spécifique à partir du XIe siècle.

Otton Ier, pour sa part, maîtrise le dispositif féodal germanique. Il facilite la création d'un art ottonien au service de la magnificence de l'image impériale.

Le centre intellectuel de la féodalité se situe principalement dans les abbayes et les monastères où se développe l'art architectural roman. Le premier art roman naît alors, comprenant la totalité des expériences et créations nouvelles dans le reste de l'ancien Empire (c'est-à-dire sans la Normandie ni la Saxe).

Les sources d'inspirations sont tirées de livres comme le manuscrit de Saint Gall ou le Physiologue dont les origines remontent à l'Égypte au IIe siècle de notre ère pour ce dernier.

Allemagne
Chevet de St. Kunibert (Cologne)
intérieur Cathédrale de Spire



Édifices religieux

Édifices civils

Espagne

France

L'architecture romane ne se développe pas au même moment dans les différentes régions françaises. L'apogée est atteint vers 1130 en Languedoc (Moissac), dans le Poitou, en Bourgogne (Vézelay, Autun)  ; l'Auvergne développe un style spécifique au milieu du XIIe siècle ; enfin, le Sud-Est connaît des développements remarquables à la charnière du XIIIe siècle, alors même que la France du Nord voit le développement des grandes cathédrales gothiques.

Les spécificités régionales ne doivent cependant pas être exagérées ; la mobilité des techniciens de l'époque fait qu'on peut trouver des points communs à des édifices géographiquement distants. Qui plus est le choix de tel élément stylistique peut dépendre des goûts du commanditaire ou de l'expérience des architectes.

Provence

Abbaye de Boscodon, voûte de la nef

La Provence possède, comme l'Auvergne, la Bourgogne, énormément d'édifices romans, quelques-uns parmi les plus célèbres de France. Les plus représentatifs étant les abbayes de Sénanque, de Silvacane et du Thoronet, surnommées "Les Trois Sœurs provençales".

Il convient cependant de retenir parmi les plus merveilleuses représentations de l'art roman, le monastère de Ganagobie qui outre son architecture remarquable, possède une impressionnante mosaïque de près de 80 m2 et datant du début du XIIe siècle. Il convient aussi de signaler l'Abbaye Notre-Dame de Boscodon, dans les Hautes-Alpes (05200), construite au milieu du 12° siècle par des moines Chalaisiens, actuellement restaurée par l'Association des Amis de l'Abbaye de Boscodon (A. A. A. B. ) et habitée par une petite communauté de religieux et religieuses dominicains, cistercien, frère missionnaire des campagnes. Style roman extrêmement pur et dépouillé. Boscodon a essaimé en Provence, par exemple les anciennes abbayes de Lure, de Pierredon et de Valbonne. La Provence présente l'originalité d'avoir une abbaye complète construite durant les années 1980 selon les méthodes anciennes de l'architecture romane ; l'abbaye du Barroux. Celle-ci est habitée par une communauté de moines bénédictins.

Poitou-Charentes

Le Poitou, l'Angoumois et la Saintonge ont développé des aspects spécifiques au début du XIIe siècle.

On peut rencontrer des tours-clochers à flèche de pierre, ou des nefs à files de coupoles.

Le portail est le plus fréquemment dépourvu de tympan ; par contre il est embelli par une riche archivolte sculptée où chaque pierre représente un personnage.

Limousin

Église Saint-Grégoire d'Aruchavank, Arménie

Le Limousin n'est pas un grand centre de l'art roman mais sa position de confins lui a valu de subir les influences des grandes écoles comme le Languedoc et le Poitou. La majorité des édifices romans parvenus jusqu'à nous est constituée de petites églises rurales aux caractéristiques fréquemment proches. Ainsi, elles possèdent fréquemment un clocher dit à peigne, le mur ouest forme un imposant massif percé de deux ou trois petites baies en plein cintre où se situent les cloches. L'autre spécificité limousine mais qui est nettement moins courante est le clocher dit "limousin". Le meilleur exemple est celui de Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne. Les premiers étages sont à plan carré, les étages supérieures sont de plan octogonal ; le passage entre les deux plans se fait par l'intermédiaire de gâbles. Les étages sont toujours percés de baies en plein cintre, le plus fréquemment géminées ; le clocher est coiffé d'une flèche en pierre qui a le plus fréquemment été remplacée par des toits charpentés. Enfin, une spécificité est le boudin limousin, sorte de cylindre de pierre qui entoure les baies. Les édifices cités dans les sections suivantes sont principaux et les plus beaux du Limousin, les églises secondaires ne pouvant figurer dans cet article généraliste.

Corrèze
  • L'abbatiale Saint-Pierre de Beaulieu-sur-Dordogne, la plus grande de Corrèze possède un des plus beaux tympans sculptés de l'art roman français. Représentant une parousie (qui précède le Jugement Dernier), le style graphique est beaucoup inspiré de l'école languedocienne.
  • L'abbatiale de Vigeois, de l'époque romane ne subsiste que le chœur et les chapelles du transept. L'abside centrale a conservé de splendides chapiteaux historiés dont quelques-uns ont conservé des traces de polychromie.
  • L'abbatiale d'Uzerche, est un bel exemple d'église de pèlerinage. Sa crypte remontant au Xe siècle est de plan circulaire, rarissime en Limousin. La croisée du transept est coiffée d'un beau clocher limousin.
  • L'abbatiale de Meymac, un des rares grands édifices romans de la Montagne limousine, a conservé son chœur et son porche du XIIe siècle qui possède de beaux chapiteaux historiés en granite. L'abbatiale abrite aussi l'unique Vierge Noire du Limousin. Cette statue est un bel exemple de l'influence de l'art roman auvergnat en Limousin.
  • L'église de Collonges-la-Rouge possède un superbe clocher limousin et un tympan en calcaire blanc représentant l'Ascension ou la Parousie. Néanmoins, l'intérieur de l'édifice a été fortement remanié au cours des siècles
  • L'église de Saint-Robert, la nef avec ses neuf travées a disparu au cours des Guerres de Religion. Nous conservons cependant le chœur et le transept qui témoignent de la superbe et de la grandeur de cette église priorale particulièrement beaucoup inspirée de l'abbatiale de Beaulieu-sur-Dordogne.
  • L'église de Lubersac.

Voici un site particulièrement intéressant et particulièrement bien apporte en documents photographiques qui décrit les principaux sites romans de la Corrèze. [1]

Haute-Vienne
  • L'abbatiale de Solignac est l'unique église du Limousin à être couverte de coupoles. L'influence périgourdine est sans conteste, l'harmonie des proportions et les chapiteaux des arcatures aux sculptures étranges et toujours indéchiffrables en font l'une des plus belles églises romanes du Limousin.
  • La collégiale du Dorat (voir aussi Le Dorat) fut construite sur près d'un siècle, son clocher n'ayant été terminé qu'au XIIIe siècle. C'est la plus grande église romane du Limousin avec ses 77 mètres de long ; son intérieur est d'une grande pureté et d'une grande luminosité. La façade ouest présente un très beau portail dit polylobé flanqué de deux puissants lanternons de style poitevin.
  • La collégiale de Saint-Léonard-de-Noblat est renommée pour son splendide clocher porche. L'intérieur est par contre nettement moins harmonieux : le chœur est disproportionné comparé à la nef et fut maladroitement réhaussé au XVIe siècle. Elle conserve néanmoins le tombeau de saint Léonard en serpentine datant du XIIe siècle.
  • La collégiale de Saint-Junien a été construite en plusieurs étapes successives ce qui est à l'origine de sa forme étrange et de son chœur plat. Elle conserve néanmoins deux chefs-d'œuvre de l'art roman limousin : les peintures de la nef représentent les douze vieillards de l'Apocalypse et les rois d'Israël autour de l'Agneau de Dieu ; le tombeau de Saint Junien est l'unique chef-d'œuvre toujours conservé de la sculpture romane limousine; sur deux de ses côtés figurent les vieillards de l'Apocalypse entourant l'Agneau de Dieu et une Vierge en Majesté, un troisième côté est décoré d'un Christ de gloire entouré des symboles des apôtres.
  • L'église des Salles-Lavauguyon, ancien prieuré abrite l'un des plus beaux ensembles de peintures romanes de France. En effet, le revers de la façade ouest , les murs nord et sud de la nef sont recouverts de splendides représentations de la Création, de la vie de saint Eutrope, de saint Martial mais aussi des premiers prieurs des Salles.
  • La collégiale de Saint-Yrieix-la-Perche avec son clocher roman et son chœur gothique qui lui donne l'allure d'une cathédrale.

Auvergne

L'Auvergne fait partie des principaux foyers de l'architecture romane française en raison du développement des ordres monastiques : Aurillac, Cluny, Mauriac, La Chaise-Dieu.

Églises mineures

Depuis quelques années, et comme pour les édifices civils, on a cessé de se focaliser sur les grands édifices spectaculaires pour se pencher sur la totalité du corpus des églises prieurales et paroissiales, y compris les plus modestes. Derrière la grande variété de la sculpture, se dessine un type particulièrement clair d'architecture :

  • chœur polygonal à l'extérieur (disposition habituelle des fana polygonaux), quelquefois rond à l'intérieur,
  • arcatures aveugles reposant sur des colonnes engagées,
  • voûte en cul-de-four,
  • arc triomphal,
  • maçonnerie d'appareil soigné,
  • nef plus simple avec porte ouvrant au sud (disposition conservée des fana),
  • chapelles colatérales créées postérieurieurement,
  • clochers à peigne,
  • sculptures aux motifs particulièrement archaïques (monstres, rinceaux, damiers, entrelacs), mais soignés.

Bibliographie

  • Philippe et Pascale Moulier, Églises romanes de Haute-Auvergne :
    • I - Le Mauriacois
    • II - La Région d'Aurillac
    • III - Région de Saint-Flour, Nonette, Éditions Créer, 2001.
  • Trémolet de Villers, Églises oubliées du Gévaudan, Presses du Languedoc, 1998,
  • Bruno Phalip, L'art roman en Auvergne : Un autre regard, Nonette, Éditions Créer, 2003.

Églises majeures
La «pyramide auvergnate» de Saint-Nectaire

Cinq églises du Puy-de-Dôme ont reçu l'appellation d'«églises majeures» et permettent de définir l'architecture romane auvergnate majeure. Construites par les moines bénédictins de La Chaise-Dieu ou dans un style défini par eux, elles semblent avoir pris pour modèle l'ancienne cathédrale romane de Clermont-Ferrand, actuellement remplacée par un édifice gothique. Ces églises se définissent par les éléments suivants :

  • une façade occidentale peu soignée car soumise aux intempéries ; l'entrée est petite et peu décorée.
  • un chevet constitué par la superposition de plusieurs couches formant la «pyramide auvergnate» : chapelles rayonnantes, chevet, massif barlong (surmontant le transept et assurant la stabilité de l'édifice) et clocher octogonal, dans une composition splendide.
  • une décoration extérieure élégante mais discrète, fréquemment d'inspiration byzantine. Noter la polychromie des matériaux.
  • un intérieur sobre et invitant à la méditation spirituelle : le fidèle est conduit de l'obscurité de la nef vers la clarté et la splendeur du chœur, de la misère du monde vers la vie éternelle.
  • des chapiteaux historiés soumis à des conventions de représentation spécifiques.

Les cinq églises majeures subsistant sont :

Bibliographie

  • Guy Collière, Art roman en Basse-Auvergne : les églises majeures : livret détaillé disponible dans certaines des cinq églises majeures d'Auvergne.
  • Bernard Craplet, Auvergne romane, Éditions Zodiaque, rééd. 1992.

Lorraine

Normandie


Bourgogne et Val de Loire

Le roman bourguignon se définit par des voûtes en berceau brisé scandées par des arcs doubleaux, un triforium (arcature aveugle) surmonté de petites fenêtres, des pilastres cannelés.

L'abbaye de Cluny :

La Priorale de Paray-le-Monial :

Sud-Ouest

Le comté de Toulouse et le Languedoc sont un foyer novateur au début du XIIe siècle. L'aménagement monumental de l'entrée est inauguré à la basilique Saint-Sernin de Toulouse. De nouveaux supports, le trumeau et le linteau, permettent l'élargissement du tympan qui est couvert de sculptures. Cet accent mis sur le portail d'entrée reflète un passage de l'Évangile selon Saint-Jean : «C'est moi la porte. Qui entrera par moi sera sauvé».

Cloitre de la cathédrale Saint-Lizier à Saint-Lizier, Ariège



Sud-Est

Le portique de Saint-Trophime

Italie

Dôme de Lucques

Royaume-Uni

  • Cathédrale de Durham, à partir de 1093
  • Église Kilpeck, Herefordshire
  • Cathédrale Peterborough
  • Cathédrale Southwell

Pays-Bas

  • Sint Servaas, Maastricht
  • Onze-Lieve-Vrouwe, Maastricht

Europe centrale

Liens externes

L'art roman généralement

Sites régionaux

Bibliographie

  • Rolf Toman, L'art roman, Paris, Place Des Victoires Eds, 2006, ISBN 2844590942
  • La collection des Éditions Zodiaque (abbaye de la Pierre Qui Vire), consacrée à l'art roman... mais dont la publication a cessé, ce qui fait que nombres d'ouvrages sont épuisés et sont assez complexes à se procurer (à des prix fréquemment assez élevés).

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_romane.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu