Arc-boutant

L'arc-boutant est un élément typique de l'architecture gothique. C'est un étai constitué d'un arc en maçonnerie qui contre-bute la poussée latérale des voûtes en croisée d'ogives et les achemine vers le pilier de culée.



Catégories :

Voûte - Ornementation - Arc (architecture) - Mur

Recherche sur Google Images :


Source image : compagnie-arc-soissons.wifeo.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Contrefort terminé en demi-arc et permettant de soutenir une voûte, un mur, etc... (source : 2terres.hautesavoie)
  • Cet arc de pierre s'appuie sur un contrefort pour soutenir de l'extérieur un mur. Les arcs-boutants peuvent être à plusieurs niveaux. (source : monuments-nationaux)
  • Arc partant d'un contrefort, qui enjambe le bas-côté pour transmettre les poussées de la voûte centrale à un organe vertical, la culée, qui sert aussi de contrefort aux voûtes des bas-côtés.... (source : u-picardie)
Arcs-boutants de Notre-Dame de Paris

L'arc-boutant est un élément typique de l'architecture gothique. C'est un étai constitué d'un arc en maçonnerie qui contre-bute la poussée latérale des voûtes en croisée d'ogives et les achemine vers le pilier de culée. Ce dernier est le plus fréquemment couronné d'un pinacle, ce qui permet en constituant un poids important au dessus de l'étai d'asseoir la poussée reçue vers le bas en allégeant visuellement l'arc.

Histoire

Découverts vers la fin de la période romane, et utilisés surtout en Normandie, ils sont alors dissimulés sous la toiture. Mis en valeur lors de la construction de la Cathédrale Saint-Étienne de Bourges, ils deviennent courants au cours du XIIIe siècle. Ils reprennent la fonction des contreforts de l'architecture romane, en donnant la possibilité (grâce à la croisée d'ogives) d'ouvrir de larges baies en partie haute des murs des églises, et d'éclairer abondamment l'intérieur à travers les vitraux.

Chronologie en images :

Utilisations notables

Il n'est pas indispensable de citer ici l'ensemble des églises gothiques, en voici quelques-unes : cathédrales de Bourges, de Paris (Notre-Dame de Paris), de Strasbourg, ou de Cologne.

Le chœur de la cathédrale du Mans présente des arcs-boutants à triple volée, couplés en «Y», qui forment une prouesse architecturale.

Un exemple d'utilisation de l'arc-boutant : l'abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay.

Les voûte d'arêtes de la nef romane de l'abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (la construction de la nef actuelle s'achève en 1138) étaient, à l'origine, tenues par des tirants à l'apparition des voûtes (sur le croquis, en «A» la construction est figurée telle que l'architecte l'avait conçue), mais ces tirants ont rompu ; en «B», figurée telle que l'effort des voûtes hautes l'avait déformée). Un siècle et demi après la construction de la nef, les effets produits avaient déjà causé la chute de plusieurs voûtes. Des arc-boutants ont été fabriqués (en E et pointillés) pour prendre le relai des tirants et maintenir les voûtes. [1]

Le phare de Pointe-au-Père (Canada), construit en 1909, est l'une des neufs tours renforcées d'arcs-boutants érigées par William P. Anderson entre 1908 et 1910.

Au début du XXe siècle, la technique de l'arc-boutant a été reprise par le Canadien William P. Anderson, ingénieur en chef et superintendant des phares du Ministère canadien de la Marine et des Pêches entre 1908 et 1910 pour la construction de neufs phares jalonnant les côtes canadiennes, surtout celui de Pointe-au-Père [2].

Notes et références
  1. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, «Construction -- Principes».
  2. Russ Rowlett, «Canadian Flying Buttress Lighthouses», dans The Lighthouse Directory [en ligne]

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Arc-boutant.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu